Mercredi 2 février 2022

Théâtre de l’Hôtel de Ville – Le Havre – 20h

 

Soirée romantique

 

 Emmanuelle Bertrand - Dana Ciocarlie - Photos Francois-Sechet et Bernard Martinez

Mel Bonis est certainement une compositrice trop méconnue aujourd’hui. L’alchimie sonore de “Soir et Matin”, composé en 1907, atteint des sommets de raffinement évoquant tour à tour l’atmosphère méditative et apaisante du crépuscule puis l’éveil de la nature.
Œuvre cyclique, chromatique, au romantisme ardent teinté d’une mélancolie douloureuse, Chausson dans son trio montre l’influence de son maître César Franck mais également son génie personnel.
Le trio lumineux de Mendelssohn en ré mineur est certainement un des chefs d’oeuvres du genre dont Schumann dira « Mendelssohn est le Mozart du XIXe siècle, le plus lucide des musiciens, qui décèle plus aisément que d’autres les contradictions de notre époque, et qui est le premier à les réconcilier ».
Si Boccherini illustre dans le Quintette en ut mineur une élégance et une finesse propre à la fin du XVIIIème siècle, Schubert, lui, y plonge dans un romantisme passionné avec la même ambition que dans sa Grande Symphonie, écrite la même année, en 1828. Le Quintette D. 956, oeuvre aux dimensions hors-norme – une heure –, est un extraordinaire laboratoire de recherches mélodiques, harmoniques, formelles. Les richesses de ces découvertes se déploient dans une grandeur mystique.
 

Mel Bonis : Soir et matin Op.76

Ernest Chausson : Trio pour piano, violon et violoncelle en sol mineur opus 3

Felix Mendelssohn : Trio pour piano, violon et violoncelle n° 1 en ré mineur opus 49


Marianne Piketty, violon

Emmanuelle Bertrand, violoncelle

Dana Ciocarlie, piano


Billetterie